Votre recherche

  -  
Travaux / Maintenance

Opération de confortement de digues à Saint-Vallier

  1. Accueil
  2.   - Actualités
  3.   - Opération de confortement de digues à Saint-Vallier

Une opération de reprise des protections de digues en enrochements est en cours au niveau du bief (canal d’irrigation) de Saint-Vallier.

Depuis les années 90, différents diagnostics ont été menés par le Centre d’Analyse Comportementale des Ouvrages Hydrauliques (CACOH) sur les digues du bief de Saint-Vallier. Tous, mettent en évidence un défaut des protections en enrochements sur certains tronçons de digues.

En effet, les enrochements en place s’altèrent et le poids moyen des blocs est devenu inférieur au poids moyen nécessaire pour répondre aux sollicitations d’une « crue projet » (crue pour laquelle l’ouvrage a été dimensionné). Les causes de cette altération s’expliquent par le caractère gélif des enrochements mis en œuvre à la création du bief de Saint-Vallier.

Pour être conforme en termes de sûreté hydraulique et répondre aux sollicitations d’une crue projet, il était donc impératif de conforter ces tronçons de digues en venant reprendre les enrochements de protection. Pour assurer leur qualité (résistance au gel, dureté, caractéristiques géométriques, etc…), l’ensemble des blocs posés provient d’une carrière disposant d’un agrément CNR (Carrière CHEVAL Granulats à PEYRAUD).

Le chantier a démarré en août 2022 et devrait se terminer fin mai 2023 (hors aléas climatiques).

Les travaux à mener sont :

  1. Préparation des zones de stockage
  2. Traitement des espèces à enjeux
  3. Défrichage des parements de digues
  4. Curage des matériaux excédentaires sur les parements immergés de digues
  5. Terrassement des bêches d’ancrage en pied de digues et comblement en enrochements
  6. Mise en œuvre des enrochements en carapace sur les parements immergés puis émergés des digues
  7. Dépose des cavaliers de digues à l’avancement et reconstruction après passage
  8. Remise en état des emprises chantier

Pour réaliser ces travaux, le groupement d’entreprises VCMF/CHEVAL TP a déployé de gros moyens matériels et logistiques :

et un atelier fluvial (ponton avec pelle mécanique long bras + clapet pour évacuation des matériaux de curage et barges pour approvisionnement enrochements) sont nécessaires. Des moyens terrestres type chargeuse et pelle mécanique sont également mis en œuvre sur le quai de Saint Vallier pour les chargements de barges et sur la zone de stockage pour les chargements/déchargements de camions. 

  • Un atelier terrestre avec une pelle mécanique long bras et des camions pour approvisionner en enrochements depuis la carrière ou les plateformes de stockage,
    • Un atelier fluvial avec une pelle mécanique long bras sur ponton, des clapets pour évacuer les matériaux de curage et des barges pour acheminer les enrochements.

    Un dossier d’exécution au titre du code de l’énergie et du code de l’environnement, comprenant une étude d’incidence environnementale et une notice technique, a été élaboré pour être instruit par la DREAL afin d’obtenir les autorisations de travaux nécessaires par arrêtés préfectoraux.

    Pour limiter l’impact des travaux sur l’environnement, des mesures ERC * (Éviter, Réduire, Compenser) ont été mises en œuvre, en voici quelques-unes :

    • Adaptation des périodes de travaux pour limiter au maximum le risque de destructions d’espèces
      • Limitation des emprises du projet avec par exemple la mise en défens par balisage des zones présentant des sensibilités écologiques
        • Dispositifs d’éloignement des espèces à enjeux : effarouchement des lapins de Garenne, faucardage des herbiers aquatiques, déplacement de bivalves, etc…
          • Dispositifs adaptés de lutte contre les Espèces Exotiques Envahissantes
            • Suivi de la qualité des eaux
              • Suivi environnemental du chantier par un écologue pour sensibiliser les intervenants

    *ERC =  Éviter, Réduire, Compenser. Cette mesure a pour objectif d’éviter les atteintes à l’environnement, de réduire celles qui n’ont pu être suffisamment évitées et, si possible, de compenser les effets notables qui n’ont pu être ni évités, ni suffisamment réduits.

    Quelques caractéristiques de ce chantier de grande ampleur :

    • Environ 15 000 m3 de sédiments à curer dont 3 000 m3 pour le terrassement des bêches d’ancrage
      • 50 000 t d’enrochements nécessaires pour les protections
        • 1,5 km de digues à reprendre avec des longueurs développés de parements comprises entre 20 et 30 m, soit environ 18 000 m2

    Le projet en chiffres-clés

    Le budget total de l’opération est d’environ 5 millions € répartis de la manière suivante :

    • Travaux : environ 4,4 millions €
      • Etudes environnementales : environ 100 000 €
        • Maitrise d’œuvre agréée (TRACTEBEL) : environ 200 000 €
          • Coûts internes CNR (MOa DTRS et CACOH): environ 200 000 
            • Autres (coordonnateur sécurité, etc…) : environ 30 000