CNR
0%

Votre recherche

  -  
Nouvelles énergies

Parc photovoltaïque flottant de la Madone : concilier biodiversité et développement d'énergie renouvelable

  1. Accueil
  2.   - Actualités
  3.   - Parc photovoltaïque flottant de la Madone : concilier biodiversité et développement d’énergie renouvelable

A l’occasion du webinaire Floatovoltaics 2020, organisé le 30 juin par l’INES (Institut National de l’Energie Solaire) et le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives), CNR présentera son parc photovoltaïque flottant Ô Solaire du lac de la Madone. Il s’agit de la première et unique plateforme en France à être transversale (irrigation, énergie et biodiversité), qui permet de concilier enjeux énergétiques et environnementaux.

CNR a compris l’importance de la filière du photovoltaïque flottant et de ses fonctionnalités environnementales potentielles. Depuis 2020, elle a intégré le consortium Floating Solar JIP (Joint Industry Project) du cabinet de conseil norvégien DNV GL, qui réuni 14 grands acteurs internationaux du secteur de l’énergie, pour définir les pratiques recommandées pour le secteur du solaire flottant.

Mis en service en 2019, Ô Solaire est le premier parc photovoltaïque flottant de CNR. Ce site de 2 500 m² a été aménagé sur le bassin d’irrigation de la Madone (Rhône) géré par le SMHAR (Syndicat Mixte d’Hydraulique Agricole du Rhône), au cœur d’un site accessible au public.

Ce parc illustre l’intégration des énergies renouvelables au sein des autres secteurs, ici celui de l’agriculture. En effet, l’énergie produite par les 630 panneaux solaires est dans un premier temps, injectée dans le réseau d’électricité, puis alimentera à terme les pompes d’irrigation en autoconsommation, en vue d’alléger la facture d’eau des irrigants et ainsi pérenniser l’agriculture péri-urbaine de Lyon. Pour dynamiser la population aquatique, 16 frayères et nurseries à poissons ont été mis en place sous la plateforme flottante.

Mise en place de suivis de la biodiversité faunistique :

L’ISARA (Institut Supérieur d’Agriculture Rhône-Alpes) a démarré en 2019 une analyse physicochimique du plan d’eau et un suivi de la faune aquatique qui se déroulera jusqu’en 2023. Pour compléter ces études, CNR a mis en place un suivi par ADN environnemental du plan d’eau. Les premières conclusions 2019 ont permis de confirmer l’intérêt de l’implantation de ses frayères et nurseries. Les suivis ultérieurs permettront d’adapter si nécessaire le dispositif de frayères et ses fonctionnalités.

En 2020, un suivi de l’activité des chiroptères (chauve-souris) et de l’avifaune autour de ce parc photovoltaïque est également lancé, afin de connaître les interactions ayant lieu entre l’installation et la faune volante

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.