Votre recherche

  -  
Environnement / Biodiversité

Inauguration d'une nouvelle passe à poissons sur l'Ouvèze dans le Vaucluse

  1. Accueil
  2.   - Actualités
  3.   - Inauguration d’une nouvelle passe à poissons sur l’Ouvèze dans le Vaucluse

Construit sur le seuil (petite chute d’eau) à la confluence du fleuve Rhône et de la rivière Ouvèze, cet ouvrage de franchissement piscicole est destiné à faciliter la circulation des poissons, principalement à leur montaison dans l’Ouvèze. Il illustre l’engagement de CNR pour la préservation de la biodiversité.

Pourquoi un ouvrage de franchissement piscicole ?

Le seuil de l’Ouvèze a été créé en 1972 pour maintenir un niveau de nappe en adéquation avec les besoins d’alimentation des stations de pompage. Il constitue un obstacle à la bonne circulation des espèces, notamment les grands migrateurs – l’anguille, l’alose et la lamproie – venant du fleuve Rhône pour gagner l’Ouvèze. Aussi, pour leur permettre à nouveau de franchir ce seuil et de circuler librement entre le Rhône et l’Ouvèze, CNR a bâti un ouvrage de franchissement piscicole de dernière génération. Ce dispositif leur permet d’accéder à des zones de croissance et de reproduction et participe ainsi à la recolonisation du fleuve, de ses annexes et de ses affluents. Il ouvre la voie à plusieurs dizaines de kilomètres de rivière.

Comment fonctionne-t-il ?

Les poissons qui arrivent à la confluence sont incités par un débit d’attrait à s’engager dans l’ouvrage. Puis ils parcourent une succession de 12 bassins de 4 mètres × 4 mètres présentant chacun une double fente de 40 centimètres de largeur pour franchir les 3 mètres de hauteur de chute. Ce fractionnement en petites chutes rend possible la progression des poissons. La longueur totale de l’ouvrage mesure 67 mètres. La hauteur d’eau dans la passe est au minimum de 1 mètre. Le fond de la passe est équipé de galets maçonnés, qui offrent des zones de repos ou de reptation, notamment pour les anguilles.

Une efficacité surveillée

L’ouvrage est équipé d’un dispositif amovible de vidéo-comptage qui filme les poissons passant devant un fond lumineux. Les vidéos sont ensuite analysées par des spécialistes pour déterminer les espèces, l’âge, la taille et le nombre d’individus. Comme pour de nombreux ouvrages de franchissement piscicole du Rhône, le suivi des espèces est effectué avec le concours de différentes structures scientifiques dont l’association Migrateurs Rhône-Méditerranée, l’Office Français pour la Biodiversité et des bureaux d’études partenaires.

Ce projet a bénéficié du soutien financier de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, à hauteur de 40 %.

Le communiqué de presse de l’inauguration de la passe à poissons de l’Ouvèze