CNR
0%

Votre recherche

  -  
Environnement / Biodiversité

Dernière campagne annuelle de marquage d’anguilles par CNR et premières observations de leur dévalaison sur le Rhône

  1. Accueil
  2.   - Actualités
  3.   - Dernière campagne annuelle de marquage d’anguilles par CNR et premières observations de leur dévalaison sur le Rhône

CNR et l’INRAE (Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’environnement) ont lancé en 2018 le projet inédit de recherche DAARAC sur les anguilles européennes, espèce migratrice en danger critique d’extinction. Ce projet permet de mieux connaitre les voies de dévalaison et de franchissement des aménagements hydroélectriques ainsi que les processus biologiques qui régissent le cycle de vie des anguilles. D’un montant de plus d’1 million d’euros, il bénéficie d’un co-financement de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse.

Menée sur le Bas-Rhône, dans le secteur de l’aménagement CNR de Caderousse, en collaboration avec l’OFB (Office Français de la Biodiversité) et la MRM (association Migrateurs Rhône Méditerranée), cette étude de grande ampleur mène sa dernière campagne annuelle de capture et marquage, qui vise un objectif d’une centaine d’individus.

175 anguilles ont déjà été marquées en 2018 et 2019 pour être suivies par technique hydroacoustique. La zone d’étude, qui couvre 90 km, a été équipée d’hydrophones permettant de détecter le passage des anguilles équipées d’émetteur hydroacoustique. Ils peuvent évaluer les modalités de franchissement de l’aménagement de Caderousse ainsi que l’effet cumulé des trois aménagements hydroélectriques les plus en aval du fleuve (Caderousse, Avignon, Vallabrègues) que doivent successivement franchir les anguilles pour parvenir au delta de Camargue puis à la mer Méditerranée.

Le suivi des 175 anguilles qui ont été marquées et relâchées en 2018 et 2019 permettent des premiers constats :

  • Environ 1/3, soit 56 anguilles, sont descendues à l’aval de l’aménagement de Caderousse (46 sont passées par l’usine ou le déchargeur de l’usine et 10 par le barrage de dérivation sur le vieux Rhône), et 11 anguilles sur le 56 ont été détectées à Arles.
  • 1/3 sont restées dans le secteur où elles avaient été relâchées.
  • Le dernier tiers n’a pas encore été détecté.
  • L’essentiel des déplacements s’effectue la nuit et en période de crue ou de forts débits (soit en majorité à l’automne).
  • Les vitesses de dévalaison au niveau de l’aménagement de Caderousse (amont et aval) ont été estimées à 3 km/h.
  • Les anguilles ayant dévalé jusqu’à Arles ont effectué les 63 km de trajet à une vitesse moyenne comprise entre 1,3 et 2,6 km/h (soit de 24 à 48 heures).

Permettre aux poissons migrateurs de remonter de la Méditerranée jusqu’à la confluence avec la Drôme et avec l’Eyrieux, et de dévaler sur ce même linéaire, est un des axes fort de la stratégie environnementale de CNR.

Pour en savoir plus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.