Votre recherche

Assurer la sécurité de tous

  1. Accueil
  2.   - CNR
  3.   - Assurer la sécurité de tous

Pour CNR, la sûreté hydraulique, c’est-à-dire la sécurité des personnes et des biens, est une priorité. Afin d’éviter tout incident à proximité de ses installations ou lors d’ouvertures de barrage, CNR a mis en place des procédures strictes. 

Zones dangereuses ? Accès interdit

Assurer la sûreté hydraulique des ouvrages (barrages, centrales hydroélectriques,digues, seuils…) est une mission de CNR. C’est pourquoi, en amont et en aval immédiat des installations, l’accès à certaines zones dangereuses est interdit. Celles-ci ont été identifiées par CNR en concertation avec la DREAL, son autorité de tutelle, et des arrêtés préfectoraux ont été pris. L’accès aux digues reste toutefois possible : les restrictions portent sur la partie descendante des berges, les îles ou bancs de gravier et le lit du fleuve.

Sûreté hydraulique : sensibiliser à la plus grande prudence

CNR se mobilise en continu pour assurer la sécurité autour de ses installations. Il existe notamment des risques à proximité des barrages et les enjeux de sensibilisation des promeneurs, pêcheurs et pratiquants d’activités nautiques sont très importants. Pour sensibiliser les usagers de ces espaces, 500 panneaux d’information sont ainsi installés sur les berges du Rhône de Génissiat (Ain) à la Méditerranée.

Vidéo sur la campagne « Prudence »

Lâchers d’eau : des procédures d’alerte spécifiques

Afin de réguler le débit du fleuve et l’adapter aux conditions météorologiques ou aux capacités de productions hydroélectriques, CNR est amenée à réaliser des ouvertures de barrages. Systématiquement, chaque première ouverture se fait par une manœuvre limitée et contrôlée qui permet une hausse sensible du niveau d’eau. Objectif ? Avertir les pêcheurs ou autres personnes présentes dans les Vieux-Rhône, ces bras naturels du fleuve, de l’ouverture imminente du barrage pour qu’elles puissent se mettre en sécurité.

L’été, Louloute la loutre entre en action !

Chaque été, CNR fait appel aux animaux du territoire pour faire passer des messages. Durant la période estivale, Louloute la loutre entre en scène avec une campagne de sensibilisation menée auprès des touristes et des riverains : l’eau qui peut vite monter, les zones interdites à la baignade, les panneaux à respecter… Populaire et adoptée, Louloute la loutre a même son site internet dédié à une meilleure connaissance du fleuve, avec un Memory sur les espèces protégées, un quizz pour tester ses connaissances sur le Rhône, ou encore vidéo interactive pour mieux comprendre ces premières ouvertures de barrages : les lâchers d’alertes.

Dragage du fleuve : pourquoi, comment ?

Concessionnaire du Rhône, CNR entretient du lit du fleuve pour maintenir le chenal navigable, les sections d’écoulement nécessaires au passage des crues et le bon fonctionnement de ses ouvrages. Dans ce cadre, elle réalise chaque année 50 opérations de dragage. En quoi cela consiste-t-il ? Il s’agit de déplacer les dépôts de sédiments qui peuvent se concentrer sur une zone et gêner le bon écoulement des eaux ou la navigation. Chaque opération est réalisée après approbation par les autorités administratives, dans un cadre réglementaire strict et respectueux de l’environnement. La procédure relève de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques (Lema). Pour limiter les impacts sur la reproduction ou la migration des espèces animales, les interventions sont menées aux périodes les plus favorables. Une fois le dragage effectué, CNR transmet à la police de l’eau une fiche incidence dragage pour chaque opération. Elle précise les mesures destinées à maîtriser les impacts. Une fois la fiche incidence approuvée par l’administration, CNR la publie sur son site internet.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.