Modèle CNR

D’importants moyens mobilisés

Pendant toute la durée des opérations, CNR est mobilisée pour conduire ses ouvrages afin d’assurer le transit des sédiments venus de Suisse tout en veillant à la concentration des matières en suspension. Elle met en place également de nombreuses mesures de contrôle et de suivi pour limiter l’impact sur le fleuve.

Des moyens humains et matériels exceptionnels

Près de 450 collaborateurs ( Ingénieurs hydrauliciens et environnementaux, informaticiens, électriciens, mécaniciens, ...)  CNR au total sont impliqués dans la préparation du projet et la réalisation des manœuvres d’exploitation, les opérations de mesure et les différents suivis (matières en suspension, températures de l’eau, pH…).

France, Ain (01), Injoux GŽnissiat, Barrage Usine de GŽnissiatUne équipe de spécialistes est aussi mobilisée 24h/24 au poste de pilotage des opérations à Génissiat. Elle collecte et contrôle les résultats de toutes les mesures de terrain, décide et effectue les manœuvres d’exploitation afin de faire transiter les sédiments tout en ajustant la concentration des matières en suspension à l’aval. Si nécessaire, cette équipe peut agir simultanément sur le niveau de la retenue et le débit pour diluer les sédiments, grâce aux vannes de fond et demi-fond. L’eau, chargée en profondeur de la retenue, est évacuée par la vanne de fond tandis que l’eau, moins chargée est acheminée par la vanne de demi-fond située à mi-hauteur de la retenue.

France, Haute Savoie (74), Seyssel, barrage usine de SeysselPlus de 300 collaborateurs répartis en 10 équipes effectuent les mesures et les analyses, sur la soixantaine de points de mesure et de suivi le long du fleuve et les 9 stations.
4 équipes sont dédiées aux suivis environnementaux.

Pour CNR, l’opération représente un coût de 5 millions d’euros, comprenant l’organisation et l’ensemble des suivis et mesures de préservations mises en œuvre, ainsi que les pertes de production liées à l’arrêt des centrales de Génissiat et de Seyssel.

Un dispositif associant de nombreux partenaires

03 - Pêche de sauvetage amont ChallongesPour les suivis et mesures environnementales destinés à atténuer les effets des opérations de gestion sédimentaire sur les milieux, CNR agit avec les acteurs locaux de la pêche (fédérations de pêche et associations de pêche agréées et pêcheurs professionnels) et ses partenaires : Observatoire des Sédiments du Rhône (OSR), associations environnementales, scientifiques de l’Université de Lyon 1 et de l’Université de Genève, bureaux d’étude naturalistes.

L’ensemble de ces suivis sont décrits dans un cahier des charges spécifique validé par la DREAL et sont contrôlés par un comité de suivi mis en place par les autorités franco-suisses. Ils se déroulent avant, pendant et post-opérations et sont déclinés en protocoles.

CNR a par ailleurs mis en place un comité décisionnel environnemental. Composé d’un expert piscicole scientifique, d’un représentant des fédérations de pêche et d’un expert écologue CNR, il décide de déclencher des pêches de sauvegarde de la faune piscicole et peut ordonner la fermeture des barrages de Motz et Champagneux afin de préserver les Vieux-Rhône. Il assiste aux réunions quotidiennes du comité opérationnel de pilotage et coordination.

Une concertation étroite avec les autres opérateurs industriels et les autorités de tutelle

Un comité de pilotage et de contrôle des opérations, instauré par l’arrêté inter préfectoral d’autorisation, réunit exploitants (Service Industriels de Genève, Société des Forces Motrices du barrage de Chancy-Pougny CNR) et autorités françaises et suisses, quotidiennement à Génissiat. Ce comité supervise notamment le bilan quotidien des manœuvres et suivis effectués.

En téléchargement

  • 25 questions/réponses sur les opérations de gestion sédimentaire

    Télécharger

En savoir plus